À la une

LE REBOND DE LA DETTE ÉMERGENTE A RÉDUIT LE POTENTIEL DE CRÉATION D’ALPHA... TEMPORAIREMENT

L’effondrement du marché à partir du mois de mars a fait s'envoler le spread de la dette émergente à presque 700 pb (pour le segment des titres en devise forte). Aujourd’hui, ce spread n’est plus qu’à 30 pb de son niveau d’avant la crise, grâce à un resserrement qui reflète la reprise économique à l’œuvre dans les pays émergents. La tendance des contaminations au Covid-19 est également positive, sauf en Inde : dans la plupart des pays, les autorités sont en train d’assouplir les restrictions avant même que le virus paraisse durablement maîtrisé. Par conséquent, les indicateurs de l’activité réelle s’améliorent, suggérant les économies évoluent actuellement à un niveau de -15% par rapport à leur rythme de croisière en Amérique latine et en Asie, et d'environ -5% dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique. La reprise chinoise, qui s’accentue et s'étend désormais à la consommation, offre aussi un soutien décisif aux pays émergents. L'accroissement important de la liquidité mondiale en dollars et le redressement du commerce international ont également été bénéfiques aux actifs émergents. Enfin, l’intensification des risques politiques dans les pays développés a attiré des investisseurs vers la dette émergente en devise forte...
Filtres

Affiner par

Date de publication
Tout
Les 7 derniers jours
Le mois dernier
Les 3 derniers mois
Les 6 derniers mois
L'année dernière
Type d'actualités
Enregistrer

Weekly brief