Weekly brief

LE PIRE EST PASSÉ POUR LES FONDS L/S EQUITY NEUTRAL

Les stratégies L/S Equity Neutral semblent mieux armées face à l’avenir qu’elles ne l’étaient l’année dernière, et ce pour plusieurs raisons.

 

Tout d’abord, les rotations de portefeuille importantes qui ont eu lieu au quatrième trimestre 2018 suggèrent que les prochains mois se caractériseront par une plus grande stabilité. Nous prévoyons également qu’elles dépendront davantage de critères macroéconomiques dès lors que les facteurs transversaux/spéculatifs commencent à s'émousser. La pression sur les stratégies neutres diminuera notamment en raison du recul des politiques reflationnistes aux États-Unis, de la modération des mesures de relance chinoises (qui commencent à porter leurs fruits), d’un accord commercial sino-américain, d’une pause temporaire dans les changements de politique monétaire et d’un ralentissement de l’activité de fusions-acquisitions. À l’inverse, la prolongation de l’incertitude liée au Brexit pour six mois et la menace de droits de douane sur l’automobile font de l’Europe une région peu attractive pour les stratégies neutres.

 

Deuxièmement, face au plongeon des corrélations des actions et à la diminution de la contribution des vastes mouvements de marché aux performances des titres, les investisseurs se recentrent sur les caractéristiques spécifiques des entreprises, ce qui favorise les partisans de la sélection de titres discrétionnaire et systématique.

 

Troisièmement, les corrélations entre les facteurs quantitatifs se sont considérablement atténuées (sauf en Europe), ce qui favorise généralement l’alpha des stratégies L/S Neutral, tout en réduisant leur niveau de risque. Cette situation diffère de l’an dernier, lorsque les facteurs quantitatifs avaient évolué de concert et présenté de nombreuses anomalies au niveau de leurs interactions.

 

Quatrièmement, la « loyauté » des actions vis-à-vis de leurs facteurs quantitatifs s’est réactivée. La corrélation entre les valeurs relevant d’un même facteur quantitatif s’est normalisée. La sélection quantitative de titres devrait ainsi gagner en fiabilité.

 

Enfin, l’avantage en termes de diversification offert par les stratégies neutres au sein des portefeuilles de hedge funds refait son apparition. Elles sont à présent positivement corrélées à la volatilité et ne se comportent pas comme la plupart des autres stratégies de hedge funds, à l’exception de la stratégie Merger Arbitrage.

 

Malgré tout, plusieurs contraintes devraient limiter leur hausse. Le rebond cyclique observé depuis le début de l’année arrive à son terme. La sensibilité actuelle des stratégies L/S Neutral à la dynamique, au volume et aux facteurs cycliques du marché ne serait pas protégée contre les corrections des actions. En outre, la solidité des données économiques américaines pourrait favoriser une remise en cause du ton accommodant de la Fed au cours de l’année, et perturber les rotations de portefeuille. Parallèlement, les possibilités de positionnement court font défaut. Enfin, le recul de la dispersion entre les facteurs limite leur potentiel de performance, notamment dans le cas des approches internationales, en raison de la faible différentiation entre les actions des différents pays.

 

En résumé, il existe toujours des contraintes qui empêchent les stratégies quantitatives d’obtenir des résultats pour le moment. Cependant, l’alpha généré par les stratégies L/S Neutral est sur la bonne voie.