Weekly brief

CONDITIONS DE MARCHE: POSITIVES POUR LES STRATEGIES SPECIAL SITUATIONS

Depuis début mai, les marchés ont rechuté à la suite d’un regain d’incertitude politique dans la plupart des régions. Ces conditions rendent particulièrement difficile la tâche des gestionnaires d'actifs, et ont conduit la majorité d’entre eux à rester sur le bord du terrain et à sécuriser les bénéfices engrangés depuis le début de l’année. À l’inverse, les stratégies Special Situations ont continué de procéder activement à des achats sur les marchés. Depuis les tweets de Donal Trump, les investisseurs activistes américains ont lancé pas moins de 40 nouvelles campagnes, dont les détails révèlent des tendances intéressantes.

 

Premièrement, les segments les plus ciblés sont ceux des petites et moyennes capitalisations plus isolées. Leur qualité de crédit et de gouvernance semble plus faible que celle des grandes entreprises, mais la plupart présentent un profil favorable en termes de croissance des bénéfices et du chiffre d’affaires. Les stratégies ont eu tendance à éviter les entreprises en grande difficulté ou en situation de retournement important.

 

Deuxièmement, les gérants se concentrent sur un petit nombre de secteurs (énergie, industrie et consommation discrétionnaire) et sur les entreprises dotées d'un catalyseur puissant. Par exemple, dans le secteur énergétique, la concentration sur des activités d’exploration et de production à la rentabilité insuffisante est demeurée prédominante. Dans le secteur de la consommation, la transformation du segment des contenus médias a constitué un thème clé dans lequel les positions, jusqu’alors concentrées sur les grandes capitalisations, devraient maintenant s'étendre à de plus petites entreprises. En revanche, les opérations ont été peu nombreuses dans la santé et les technologies, des secteurs confrontés tous deux à de grandes incertitudes politiques.

 

Troisièmement, les gérants ont généralement privilégié les entreprises affichant des valorisations attractives par rapport à leurs homologues de petite ou de grande taille. Si les rendements de ces nouvelles positions demeurent pour l’heure contrastés, la faiblesse des conditions de marché a débloqué davantage d’opportunités.

 

Quatrièmement, ces nouvelles campagnes sont de plus en plus liées à un projet de fusion. Près de la moitié d’entre elles visaient en effet à bloquer ou à améliorer les conditions d’une transaction jugée sous-optimale, ou à accélérer un mouvement de concentration. C’est le cas des transactions sur Anadarko, dans le secteur énergétique, ou encore sur WellCare. En comparaison, la restructuration, le remaniement du conseil d’administration ou la réduction des coûts ont constitué des objectifs secondaires.

 

Souvent, les épisodes d’aversion pour le risque pèsent sur la performance des stratégies Special Situations en raison de leur exposition structurellement longue au bêta de marché (actuellement modeste par rapport aux moyennes à long terme). Toutefois, ces stratégies ont également tendance à se montrer plus actives pendant ces périodes, car elles sont à la recherche d’opportunités intéressantes de création de valeur. Cela s’est vérifié ces dernières semaines.