Weekly brief

Surfez sur la vague des fusions acquisitions avec les stratégies Merger Arbitrage

Nous considérons que la stratégie Merger Arbitrage constitue une approche tout-terrain indispensable pour tout investisseur sur le long terme. Cette stratégie à faible volatilité et à faible bêta est axée sur la préservation du capital. Elle bénéficie d’un historique de performance impressionnant pendant les phases de marché défavorables aux actifs risqués. De par son bêta limité, il ne faut pas s’attendre à ce qu’elle permette de capter d’importants mouvements de marché haussiers. Les rendements de ces deux dernières années sont assez éloquents à cet égard. Alors que l’indice MSCI World est bien parti pour s‘adjuger plus de 20% cette année, la hausse des stratégies Merger Arbitrage est estimée à moins de 3%. Heureusement, l’inverse se vérifie également. En 2018, la stratégie Merger Arbitrage est parvenue à dégager des gains, tandis que le MSCI World cédait près de 10%.

 

Globalement, les conditions demeurent propices au succès de cette stratégie. Les défis de la croissance organique et de la rupture technologique incitent les entreprises à envisager des fusions-acquisitions ou de nouvelles stratégies d’allocation de leur capital. Les acquéreurs devraient continuer de bénéficier de financements bon marché grâce à la faiblesse des taux d’intérêt, qui renforceront l’attractivité générale de l’environnement des transactions.

Outre ces caractéristiques structurelles, nous pensons que des facteurs cycliques devraient également apporter leur concours l'année prochaine.

- Les risques macroéconomiques et politiques (récession américaine, conflits commerciaux, Brexit dur) semblent se dissiper. Or ces risques avaient entravé l’activité mondiale des fusions-acquisitions début 2019, ce qui, en retour, avait entraîné un resserrement des spreads de transactions. Depuis, la situation est rentrée dans l’ordre. Les spreads se sont nettement élargis sur des transactions faisant l’objet d’une plus grande incertitude réglementaire ou sur des opérations bien en vue et remises en cause par des actionnaires sceptiques.

- Les projets de transactions sont toujours très nombreux. L'éclaircissement des perspectives du Brexit a notamment favorisé un rebond de l’activité des rachats en Europe. Aux États-Unis, la hausse récente des volumes de fusions-acquisitions, accompagnée d’un élargissement des spreads de transactions, a permis aux gérants de déployer du capital, ce qui devrait avoir des conséquences positives à terme.

 

Il se peut que l’activité de fusions-acquisitions s’accélère à l’approche des élections américaines si les dirigeants, en particulier dans le secteur de la santé, mettent en place des plans de fusion pour faire face à l’incertitude réglementaire qui pourrait apparaître en cas de victoire des Démocrates, ainsi que le suggèrent actuellement certains sondages.

 

Nous sommes très optimistes vis-à-vis de la stratégie Event-Driven. Nous avons récemment aligné notre opinion à moyen terme sur les stratégies Merger Arbitrage et Special Situation, toutes deux surpondérées, mais avec une préférence pour Merger Arbitrage sur une base ajustée des risques.