Weekly brief

STRATÉGIE GLOBAL MACRO : PERSPECTIVES 2020

En 2019, les stratégies Global Macro ont bénéficié dans une large mesure de la contribution du bêta, sur fond de rendements robustes pour les actions et les obligations. En revanche, le contexte d'alpha s'est avéré plus difficile. Les tendances des actifs ont été volatiles et dominées par des facteurs spéculatifs transversaux. De nombreux rebondissements ont eu lieu dans le dossier du Brexit, ainsi qu'au niveau des conflits commerciaux et technologiques, avec de vastes conséquences pour les marchés financiers. Le faux départ cyclique de début 2019 et l’inflexion macroéconomique observée en fin d’année ont été, comme toujours, difficiles à capter. Par ailleurs, dans une attitude proactive conciliante visant à enrayer le ralentissement de l'économie causé par le secteur manufacturier, les banques centrales ont inondé les marchés de liquidités, déformant ainsi les valorisations et perturbant la corrélation actions/obligations.

 

Pour 2020, nous prévoyons une moindre contribution du bêta, ainsi qu’une directionnalité moins marquée sur les marchés. Le rythme modeste de la reprise économique et le niveau raisonnable à élevé des valorisations pourraient donner lieu à des performances plus faibles. Nos indicateurs de directionnalité du marché atteignent des sommets et correspondent à un retour à la moyenne de la corrélation entre actifs et de la dispersion des rendements. De telles conditions aideraient les gérants de portefeuille à surperformer leurs indices de référence, tout en nécessitant davantage d’arbitrages. Rétrospectivement, les stratégies « buy-and-hold » ont été les mieux récompensées en 2019. Selon nous, le market-timing aura plus d'importance en 2020 car les investisseurs deviendront plus sensibles au risque et au sentiment, dans le contexte d’un cycle arrivant à maturité.

 

D’autre part, les incertitudes politiques et les banques centrales devraient générer moins de distorsions. Ces deux aspects ont un impact énorme sur les approches fondamentales ainsi que sur l’alpha. Les banques centrales sont en train de marquer une pause dans leur cycle d'assouplissement, et les incertitudes pourraient se dissiper grâce aux perspectives de Brexit ordonné et de trêve dans la guerre commerciale. Nous pensons donc que les prix seront davantage liés aux fondamentaux, ce qui constitue un élément essentiel pour les gérants. De plus, la différenciation des prix des actifs devrait s’accroître. Les politiques monétaires et budgétaires visent à contenir les mécanismes et la volatilité de l'économie, ce qui peut alors empêcher les gérants de monétiser une tendance macroéconomique qu'ils ont identifiée.

 

En 2020, les thèmes à arbitrer seront peut-être plus nombreux, car les investisseurs commencent à prêter plus d’attention aux tendances microéconomiques. Pour l’instant, il apparaît que nos différentes approches top-down et nos paniers thématiques plus concentrés présentent encore une grande corrélation, avec des tendances peu différenciées. Les transactions deviennent implicitement très prisées et la gestion des risques n’est pas aisée.

 

Enfin, l’actualité et les rapports économiques devraient mettre davantage en lumière l’inflexion macroéconomique actuelle. Des clarifications qui pourraient favoriser un plus grand nombre d'opérations fondées sur des convictions, avec un levier financier accru.

 

Nous constatons que la différenciation s’accentue dans le panier de fonds Global Macro dont nous assurons le suivi. La baisse de la corrélation entre les rendements des fonds constitue un signal encourageant, qui indique que les gérants se positionnent de plus en plus sur des jeux d’opportunités distincts.

 

À défaut d’alignement parfait des planètes en 2020, il se peut que l’année soit quand même un millésime plus agréable pour les stratégies Macro. Notre positionnement est neutre et nous privilégions les gérants axés sur les marchés émergents.