Weekly brief

REACTION DES HEDGE FUNDS FACE AU CORONAVIRUS

L’incertitude demeure, mais nous pensons toujours que l’impact économique sera passager. Le nombre de victimes déclarées a doublé tous les deux jours. Dans le meilleur des cas, les mesures prises par les autorités permettront d'inverser la tendance d’ici quelques semaines et de contenir l'épidémie d’ici la fin du premier trimestre. Dans le scénario principal, l'épidémie connaît une importante propagation à l’international en raison de la période d’incubation de 2 semaines, mais avec un taux de mortalité toujours faible. Les restrictions de déplacement et une meilleure compréhension du virus permettront alors de régler la situation d'ici l'été. Le pire scénario, qui a peu de chances de se produire, voit l'épidémie et le taux de mortalité grimper en flèche car les autorités sont dépassées par le nombre de victimes. Le virus se développe dans d’autres pays. Les interdictions de déplacement se multiplient, la production manufacturière est perturbée et l’impact sur la croissance mondiale devient plus important.

 

L’impact du coronavirus sur la consommation chinoise pourrait se révéler plus grave que pendant l’épidémie de SRAS en 2003 (l'élément de comparaison le plus proche pour l’instant), car l'épisode survient en pleine période de vacances et les conséquences de l'état d’urgence risquent de peser davantage sur les dépenses. Côté positif, les autorités ont réagi plus vite cette fois et le virus semble moins dangereux. Ses effets sur la croissance mondiale seront probablement passagers, et les autorités politiques disposent encore de moyens budgétaires et monétaires pour atténuer ses retombées économiques.

 

Jusqu’à présent, la réaction du marché est mesurée et se concentre dans les segments sensibles. Les marchés développés ont reculé de -2/3%. Les actions chinoises ont abandonné -8%. L’USD, le JPY et le CHF se sont appréciés, au détriment de l’EUR et des devises émergentes. Les emprunts d’État des pays développés ont cédé -15/20 pb. Du point de vue des secteurs : l'énergie, les matériaux, la consommation cyclique et les valeurs décotées sont les plus pénalisés, contrairement aux valeurs refuges des services aux collectivités et de la santé et aux valeurs de croissance.

 

Les hedge funds ont allégé leurs positions les plus exposées, mais sont à la recherche de points d’entrée. En dehors d’une légère réduction de leur exposition au risque et du renforcement des positions sur les bons du Trésor, les stratégies Global Macro ont peu modifié leurs portefeuilles. Certains gérants estiment que la réaction du marché est exagérée, car celle-ci valorise implicitement la croissance chinoise en dessous de 5%. Les stratégies CTA ont investi en actions américaines et asiatiques pour renforcer modestement leur exposition globale au risque, couverte par des bons du Trésor américain et une exposition accrue à l’or. Leur position est désormais courte sur l’énergie, mais toujours neutre sur les métaux de base. Une majorité de stratégies L/S Equity ont réduit leurs expositions à la consommation discrétionnaire, aux matériaux de base, à l'énergie et aux compagnies aériennes, ainsi qu’aux actions asiatiques les plus sensibles. Le reste des portefeuilles n’a pas subi de grandes modifications. Les valorisations ayant diminué, la plupart des gérants attendent maintenant des points d’entrée. Nous avons notamment remarqué que les OPCVM d’actions chinoises avaient cédé environ -6% et présentaient un important degré de corrélation. Ces fonds ont légèrement renforcé leurs expositions, ce qui tend à démontrer que les actions de Chine ont été survendues. Les stratégies Event Driven ont maintenu des positions globalement inchangées au sein de leurs portefeuilles.