Weekly brief

Tous les fonds L/S Equity ne sont pas égaux

Les stratégies alternatives ont plutôt bien résisté au cours des premières semaines de troubles sur les marchés, mais ont commencé à faiblir en mars. La plupart des stratégies, hormis les CTA, se sont en effet repliées de 5% à 10% entre le 1er et le 16 mars : l'Event Driven a reculé de 10,6% (-9,6% pour le Merger Arbitrage), le Global Macro de 7,4% (-2,5% pour le Systematic Macro), le L/S Equity de 6,2% (-2,3% pour le Market Neutral L/S) et le L/S Credit de 4,4%. Parmi les évolutions positives, les stratégies CTA ont progressé de 0,1%, moyennant une dispersion élevée. Depuis le 16 mars, les spreads de crédit du haut rendement se sont encore creusés et les stratégies L/S Credit ont essuyé des pertes, tout comme leurs homologues L/S Equity. Néanmoins, les stratégies CTA ont légèrement augmenté, et certains fonds Merger Arbitrage sont parvenus à engranger des résultats positifs.

 

Nous nous penchons cette semaine sur la stratégie L/S Equity, qui affiche en temps normal un taux de dispersion des plus élevés. Au cours des quinze premiers jours du mois de mars (jusqu'au 16), notre groupe de pairs Directional L/S s'est replié de 8,1%. Les stratégies les plus performantes ont progressé de plus de 10%, tandis que les moins rémunératrices ont chuté de 30% à 40%. Les stratégies L/S Equity ont plutôt bien résisté à la première partie de la correction de marché. Jusqu'au 11 mars, le bêta négatif des gérants les plus directionnels a été compensé par l'alpha important généré par certaines expositions sectorielles et factorielles. Les positions courtes ont également porté leurs fruits. Mais à compter de la mi-mars, la performance s'est détériorée dès lors que les fluctuations de marché ont été accentuées par les mesures de désendettement/contrôle des risques visant à réduire l'exposition sous-jacente à la volatilité. Les grandes plateformes et les entreprises multi-stratégies appliquant des stratégies d'arbitrage systématiques et statistiques ont réduit les risques et procédé à un désendettement de 10% à 30% en l'espace de quelques jours. Même si les gérants L/S Equity avaient commencé à restreindre le bêta auparavant, leur participation à la baisse des actions a été considérable sur la période du 12 au 19 mars. La performance négative a découlé d'un engorgement et d'une exposition à la dynamique de court à moyen terme. En Europe, certains organismes de réglementation locaux ont annoncé des interdictions temporaires visant à limiter les pressions à la vente, pour une durée d'un jour initialement, qui a ensuite été prolongée jusqu'à 3 mois. Ces décisions ont donné lieu à des effets techniques supplémentaires dans certains pays, renforçant les variations d'écart-type sans précédent observées le 18 mars notamment. Parmi les stratégies qui ont tiré leur épingle du jeu en ces temps difficiles, citons les gérants dont les portefeuilles présentent un bêta faible ou nul et des positions de convexité. Nous retrouvons également les gérants qui surveillent de près l'exposition factorielle dans le but d'éviter les rotations. Les gérants actions présentant des poches multi-actifs ainsi que ceux qui ne surveillaient ou ne couvraient pas correctement les facteurs ont en revanche fait figure de lanterne rouge.

Fonds Associés

Nom
Lyxor / Sandler US Equity Fund