Weekly brief

Le rebond des cours pétroliers dope les stratégies Global Macro

En mai, les actifs risqués ont continué de se redresser et les actions mondiales ont bénéficié d’un élan soutenu pour le deuxième mois consécutif. Les spreads du crédit à haut rendement et des obligations souveraines émergentes se sont contractés à mesure que l'épidémie de coronavirus cédait du terrain dans les pays développés, que les mesures de confinement commençaient à être assouplies et que l'activité économique redémarrait. En Europe, la France et l’Allemagne ont proposé un Fonds de relance de 500 milliards d’euros financé par l’émission d’obligations de la Commission européenne afin de soutenir la reprise. Dans ce contexte, les actions européennes ont surperformé au mois de mai.

 

Dans l’univers des stratégies alternatives, les hedge funds ont progressé de 0,4%, portés par la surperformance des gérants Global Macro et, dans une moindre mesure, L/S Credit (+2,4% et +1,2% respectivement au 26 mai). Parmi les stratégies Global Macro, les approches Systematic ont été devancées par les sous-stratégies Discretionary et Emerging Market (EM), qui ont partiellement capturé l’inversion de tendance au niveau des actifs risqués depuis le début du 2e trimestre grâce au maintien, voire au renforcement, de leur exposition au risque pendant le mouvement baissier. Néanmoins, leur positionnement global demeure défensif. À l’inverse, les stratégies CTA ont sous-performé au mois de mai, précisément à cause du positionnement défensif qui les avait protégées durant la correction de février et mars. Ces gérants ont abandonné -1,5% en mai sous l’effet de la hausse des rendements obligataires et de la pentification des courbes des taux des pays développés. Les stratégies CTA spécialisées dans la négociation de matières premières ont également sous-performé, en raison de leurs positions courtes sur des contrats sur l'énergie. Le net rebond des prix énergétiques (+38% pour le Brent en mai) a cependant bénéficié à de nombreuses classes d'actifs, du crédit à haut rendement/obligations souveraines émergentes aux devises de pays émergents, ce qui a principalement profité aux stratégies Global Macro.

 

Les sous-stratégies EM Macro se sont redressées durant le mois (+4,3%), alors que l’indice de référence du crédit souverain émergent (EMBI Global Diversified) s’adjugeait 6,3%. Les pays producteurs de pétrole (Mexique, Russie, Arabie Saoudite et Qatar) ont fait partie des grands émetteurs favorisés par ce rebond. Les stratégies EM Macro ont également bénéficié de leurs positions longues sur les émetteurs quasi souverains, de leurs positions réceptrices sur les marchés de taux locaux et de leurs positions courtes sur les devises émergentes. Enfin, les stratégies Discretionary (+2,3%) ont été soutenues par le redressement de l’ensemble des actifs émergents (actions, obligations et devises), mais leurs transactions anticipant un aplatissement des courbes de taux ont grevé la performance en mai. Notre exposition aux stratégies Global Macro demeure légèrement défensive (neutre). Celle-ci est maintenue, car nous craignons que le rebond lié au prix du pétrole soit de courte durée et que les perturbations des lignes de transport internationales durent plus longtemps que prévu. Les stratégies Systematic Macro semblent comparativement plus intéressantes. Leurs positionnements sont plus diversifiés, et leur préférence pour les actions de l’UEM pourrait maintenant porter ses fruits, compte tenu de l’actualité plus positive de la région.