Weekly brief

Les stratégies Arbitrage Risque vont bénéficier de la normalisation graduelle des flux de transactions

Les marchés continuent de nourrir de vives inquiétudes quant à l’impact économique de la hausse des contaminations au Covid-19 aux États-Unis. L’indice MSCI World s’adjuge pourtant +3,5% depuis le début du mois et est en bonne voie pour clôturer juillet en territoire positif. L’environnement nous paraît toujours difficile, tout comme l’identification d’actifs à même de diversifier les portefeuilles, dans la mesure où les rendements des bons du Trésor avoisinent des planchers record.

 

Les stratégies Merger Arbitrage constituent généralement une bonne alternative de diversification des portefeuilles. Elles présentent un faible bêta de marché actions et leurs rendements sont peu volatils. Notre opinion à l’égard de ces stratégies demeure positive (surpondération) malgré la baisse des volumes de fusions-acquisitions au deuxième trimestre. Il est vrai que les conditions se sont améliorées dernièrement pour les gérants Merger Arbitrage.

 

En juin, les volumes de fusions-acquisitions sont repartis à la hausse aux États-Unis, et plus récemment, de nombreuses annonces intéressantes ont été faites dans l’univers des adeptes de l’arbitrage de fusions. Celles-ci ont eu lieu dans des secteurs tels que l'énergie (Chevron vs. Noble), les services de communication (Adevinta ASA vs. Classifieds Business/ Ebay), l’industrie (Alpha Laval vs. Neles) et les technologies de l'information (ADI vs. Maxim Integrated Products). De plus, certaines transactions au sein de secteurs en difficulté ont finalement été menées à bien, à l’image du rachat de Caesars Entertainment par Eldorado Resorts pour 17,3 milliards USD. Parallèlement, les SPAC (Special Purpose Acquisition Companies) suscitent un regain d'intérêt, en raison de la liquidité plus qu’abondante et du faible nombre d’opportunités de déploiement du capital dans la sphère des fusions-acquisitions. Les SPAC sont des entités créées spécifiquement en vue de réaliser l’acquisition d’une entreprise existante. Leur popularité s’est accrue cette année, leur permettant de lever jusqu'à présent plus de 12 milliards USD selon Dealogic, soit presque autant que le volume record de 2019 (13,5 milliards USD).

 

Globalement, les spreads des transactions se sont resserrés aux alentours de 4% pendant le mois de juillet dans un sous-ensemble d’opérations. Ils restent toutefois plus élevés dans un petit nombre de transactions risquées donnant lieu à un litige ou dont les chances implicites de réalisation sont faibles. Dans ce contexte, les stratégies suivant exclusivement une approche Merger Arbitrage ont tendance à maintenir un positionnement prudent.

Fonds Associés

Nom
Lyxor / Tiedemann Arbitrage Strategy Fund