Weekly brief

LES HEDGE FUNDS DE PLUS EN PLUS ACTIFS DANS LA SPHÈRE DU BITCOIN

Si l'essor du bitcoin en 2017 avait été principalement tiré par les investisseurs de détail, le boom observé en 2020 semble avoir été le fait d'une base plus étendue de participants, avec notamment des investisseurs institutionnels. En plus des investisseurs de détail, les family offices et les particuliers fortunés continuent de dominer le paysage de l'investissement et restent à l'origine de nouvelles adresses IP et de nouveaux portefeuilles bitcoin. La crypto-monnaie a bénéficié d'un environnement porteur, puisqu'elle fait partie des couvertures de plus en plus plébiscitées contre la baisse des taux réels et les plans QE massifs des banques centrales, dont certains redoutent qu'ils aboutissent à un débasement des devises mondiales et à une flambée de l'inflation. C'est également une alternative au repli du rendement des dividendes des actions. Sans surprise, la corrélation du bitcoin avec l'or et l'inflation, ainsi que, dans une moindre mesure, avec les actions, est en train de se stabiliser dans des proportions raisonnables.

 

Les hedge funds interviennent activement sur le marché du bitcoin, par le biais de véhicules d'investissement dédiés ou de poches de bitcoins parmi leurs allocations. Bien qu'il soit encore jeune, le marché continue de gagner en profondeur, à la fois en termes de types d'investisseurs et d'éventail de produits. Au début, les gérants adoptaient surtout des positions résolument longues sur les crypto-actifs, notamment le bitcoin, Ethereum ou Ripple. Depuis, l'élargissement de l'offre des produits liés à des actifs numériques facilite la mise en œuvre de stratégies plus flexibles et plus sophistiquées. Les gérants peuvent désormais recourir à des swaps, des contrats futures et des options sur des crypto-monnaies, et peuvent également se concentrer sur le revenu généré par la technologie sous-jacente. Il est par ailleurs possible d'investir dans des titres d'entreprises du secteur des crypto-actifs et de leurs infrastructures, bien que la plupart ne soient encore accessibles qu'avec des stratégies de capital-risque et de capital-investissement. Les types de hedge funds qui s'y livrent sont, par exemple, les approches discrétionnaires et quantitatives.

Avec la profondeur accrue du marché, l'arrivée de nouveaux investisseurs expérimentés et l'amélioration du flux d'informations, il est probable que le potentiel d'alpha se réduise au cours des mois et années à venir. Pour autant, le marché continue de présenter un grand degré d'inefficience, et l'importance de la dispersion entre les prix des actifs numériques procure des opportunités d'arbitrage.

 

 

Une forte volatilité devrait perdurer, entretenue par plusieurs facteurs décisifs. Le durcissement des réglementations demeure un risque structurel (celles-ci se concentraient auparavant sur la prévention de la fraude et de la tromperie, mais l'éventail des infractions et des risques devrait progressivement s'étendre). La spéculation représente elle aussi un risque évident, amplifié par l'effet de levier et le trading systématique. De plus, les investisseurs sont privés de filet de sécurité, en raison de l'absence d'autorité centrale en charge d'intervenir dans les périodes de crise. Un risque existe également à cause de la complexité des crypto-technologies et de l'accroissement massif de l'offre d'actifs numériques, quoi que ce marché de presque 1.000 milliards USD reste dominé par deux fournisseurs.

Le mouvement haussier récent a été interrompu par un repli de 20%. Les indicateurs de valorisation ne cessent de clignoter au rouge (notamment ceux de nos modèles macroéconomiques et de valeur relative). Une normalisation de la dynamique à l'œuvre pourrait également maintenir des pressions vendeuses. Toutefois, jusqu'à présent, la dégradation des indicateurs de liquidité a été contenue, selon nous. Nous pensons que la douche froide des dernières semaines devrait tempérer l'enthousiasme des investisseurs institutionnels à court terme, créant de l'espace pour une troisième manche qui bénéficiera d'outils mieux adaptés à ces intervenants (comme les initiatives des banques centrales et des banques commerciales visant à sécuriser l'exposition aux actifs numériques).