Weekly brief

L'effondrement du marché tire les hedge funds vers le bas

Les actifs risqués ont payé un lourd tribut à la hausse des rendements obligataires et aux incertitudes politiques la semaine dernière. Aux États-Unis, les plus hauts historiques atteints par les enquêtes auprès des entreprises combinés à un taux de chômage à son plus bas niveau depuis plusieurs décennies ont aiguisé les craintes d'une surchauffe. Les rendements des bons du Trésor se raffermissaient depuis fin août et la courbe des taux s'est raidie. Cette correction partage donc des similitudes avec celle de février et n'est pas liée à des craintes de récession, bien au contraire. Dans le même temps, l'affrontement entre l'Italie et l'UE sur l'expansion budgétaire, ainsi que les négociations commerciales mouvementées entre les États-Unis et la Chine ont amplifié les inquiétudes du marché.

Les mouvements de marché n'ont pas épargné les hedge funds, qui cédaient près de 2% la semaine dernière (du 3 au 10 octobre), du fait de la sous-performance des stratégies L/S Equity, Special Situations et CTA. Les stratégies Merger Arbitrage ont été légèrement affectées par l'écartement des spreads de transactions, mais sont tout de même parvenues à inscrire une surperformance globale. Les stratégies Fixed Income Arbitrage, L/S Credit et Global Macro ont bien résisté, grâce à leur positionnement prudent. Les stratégies L/S Equity Market Neutral ont accusé une légère baisse. Dans l'ensemble, il est important de noter que les fonds ont dégagé des performances très disparates, en particulier les fonds L/S Equity (Market Neutral y compris) et Global Macro, dans lesquels plusieurs portefeuilles ont pu inscrire des rendements positifs grâce à leur positionnement défensif.

Les craintes relatives à une éventuelle surchauffe nous paraissent excessives. L'économie américaine est vouée à décélérer, dans la mesure où le coup de pouce budgétaire disparaîtra prochainement (voir estimations de la Fed). Nous ne pensons pas que la Fed accélérera son resserrement monétaire alors que l'inflation converge vers l'objectif de 2%. Pourtant, nous tablons sur une volatilité persistante des marchés. L'appétit pour le risque a tendance à diminuer progressivement après les épisodes de tension. À moyen terme, l'environnement de volatilité devrait selon nous rester élevé comparé à ces dernières années. L'an prochain, les craintes de surchauffe pourraient céder la place à des craintes de récession, sur fond d'essoufflement de la croissance. Enfin, nos convictions à l'égard des stratégies alternatives ont été confortées s'agissant de Merger Arbitrage et de Relative Value Arbitrage (Surpondération), mais malmenées concernant les gérants CTA. Les stratégies de suivi de tendance ont été pénalisées la semaine dernière par leur position longue sur les actions, mais aussi par leurs allocations aux obligations et aux matières premières (position longue sur le pétrole, courte sur les métaux précieux). Le repli s'est toutefois avéré plus modéré que lors des épisodes de renversement de tendance observés plus tôt cette année. Le mouvement de correction a entraîné un désendettement des portefeuilles, ce qui laisse penser que la stratégie pourrait ne pas tirer parti d'un éventuel rebond du marché. Toutefois, si les marchés demeurent volatils pendant plusieurs semaines, comme nous l'anticipons, la stratégie devrait faire preuve de solidité. Nous demeurons optimistes.

 

By LYXOR CROSS ASSET RESEARCH