Weekly brief

La stratégie Merger Arbitrage résiste aux turbulences du marché

Les actifs risqués sont restés sous pression ces dernières semaines, alors que les cours pétroliers plongeaient, que les spreads de crédit à haut rendement se creusaient sensiblement et que les valeurs technologiques aux États-Unis ne montraient aucun signe de reprise. Du point de vue des facteurs de risque associés aux actions, l'infortune des valeurs Momentum s'est poursuivie, tandis que les valeurs décotées et à faible bêta ont bien tiré leur épingle du jeu en cumul mensuel.

Dans l'univers des hedge funds, les stratégies L/S Equity ont été malmenées et ont sous-performé les autres stratégies de hedge funds. Leur bêta de marché ainsi que la rotation prolongée des facteurs de risque s'avèrent fortement préjudiciables depuis début octobre et la correction subie par le marché. Si les stratégies Market Neutral L/S Equity ont fait preuve d'une relative robustesse en octobre, elles ont été plus gravement affectées depuis le début du mois de novembre. Parmi un échantillon de 35 stratégies, 10 terminaient le mois d'octobre en territoire positif, alors que pour ce mois (jusqu'au 20 novembre), 4 d'entre elles seulement affichent des gains.

Point positif, la stratégie Merger Arbitrage s'est illustrée par une surperformance. Il s'agit de la seule stratégie dans le vert depuis le début du mois, dans un environnement caractérisé par des volumes de fusions et acquisitions stables le mois dernier aux États-Unis. Plusieurs raisons peuvent expliquer une telle surperformance. Premièrement, il s'agit d'une stratégie à faible bêta d'un point de vue structurel, qui a tendance à mieux se comporter que les autres stratégies lorsque les marchés d'actions fléchissent. Deuxièmement, les spreads de transactions se sont resserrés début novembre après un élargissement en octobre. La fusion proposée entre Aetna et CVS, dont le spread brut s'est très fortement contracté début novembre, illustre parfaitement cette situation. Troisièmement, le segment des fusions et acquisitions s'est normalisé après avoir été sous l'influence, plus tôt cette année, de deux facteurs : les inquiétudes concernant la réaction du département américain de la Justice (DoJ) face à des projets de fusion verticale mais aussi le risque réglementaire en Chine. Ces risques semblent désormais s'être atténués, dans la mesure où les transactions ont franchi ces obstacles ou ont été annulées/finalisées. Plusieurs opérations verticales ont été approuvées par le DoJ et les transactions exposées au régulateur chinois se font rares à l'heure actuelle (la proposition de fusion entre 21st century Fox et Walt Disney en fait partie). Dans ce contexte, les spreads de transactions sont pour le moment davantage influencés par des risques idiosyncratiques et les portefeuilles sont plus diversifiés. Ces éléments renforcent nos convictions à l'égard de la stratégie, que nous surpondérons depuis le début de l'année.

 

By LYXOR CROSS ASSET RESEARCH