Weekly brief

Le dollar tout-puissant

Le rebond des actifs risqués ne montre pas de signe d'essoufflement en février, dans l'attente, entre autres, d'un possible accord entre Washington et Pékin qui viendrait apaiser les tensions commerciales. En parallèle, en Europe, le rebond du marché obligataire ramène les rendements souverains vers des niveaux qui n'avaient plus été observés depuis 2015-2016, lorsque les pressions déflationnistes empêchaient les banquiers centraux de trouver le sommeil. Même si les investisseurs « momentum » ont pris leurs bénéfices sur leur exposition longue aux obligations européennes, il nous semble que les opportunités se font de plus en plus rares. Toute amélioration sur le front économique européen pourrait déclencher une correction brutale des actifs dits « sûrs » dans la région, compte tenu d'anticipations déjà très moroses.

S'agissant des hedge funds, les stratégies CTA ont très fortement étoffé leurs positions longues sur les marchés obligataires au cours du dernier trimestre et l'éventuel impact d'un renversement de la tendance des obligations sur leur performance nous préoccupe. En parallèle, l'affection des investisseurs pour le dollar américain ne se dément pas, malgré la tonalité plus conciliante de la Réserve fédérale et la récente perte de vitesse de l'indice dollar (voir Page 2). Les données mises à disposition par la CFTC, qui intègrent à la fois les investisseurs institutionnels (y compris les fonds de pension, les fonds de dotation, les compagnies d'assurance et les fonds de placement) et les fonds à effet de levier (généralement des hedge funds) suggèrent une stratégie longue sur le dollar américain bien présente. Les statistiques de la CFTC sont décalées du fait du récent « shutdown » du gouvernement fédéral. Nos données internes sur les expositions des gérants CTA laissent toutefois penser que ces stratégies ont renforcé leur positionnement long sur la devise américaine depuis mi-janvier, en particulier vis-à-vis des devises européennes telles que l'euro, la livre sterling et le franc suisse. Concernant les fonds Global Macro, les scénarios sont plus contrastés et les positions longues sur le billet vert sont moins agressives aujourd'hui qu'il y a un trimestre.

Dans l'ensemble, l'exacerbation des problématiques européennes, telles que le ralentissement de la croissance et l'imminence des échéances du Brexit, s'est traduite par une recrudescence mondiale de l'aversion pour la monnaie unique. En fin de semaine dernière, Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, a par ailleurs envoyé des signaux accommodants, susceptibles de renforcer le biais long des investisseurs sur le dollar américain. Nous conservons un positionnement neutre sur la parité EUR/USD mais, comme évoqué ci-dessus, suggérons une sous-pondération des obligations européennes, dont le mouvement haussier nous semble atteindre des niveaux excessifs.

By LYXOR CROSS ASSET RESEARCH